Une nuit (tellement) magique.

DSCF0425

Stade du Moustoir Lorient. C’est dans cet espace en travaux que le spectacle se tient. Spectacle de son et de lumière. Les « Nuits Magiques » sont chaque fois différentes jusqu’au vendredi 6 août.

Israël Yoroba Côte d’Ivoire


Dimanche 2 août, 22 heures 33. Le stade est plongé dans une obscurité totale. Soudain, des projecteurs illuminent le centre du stade. Le terrain est recouvert d’une bâche blanche. Sur fond de musique, Yvon Etienne, le narrateur, raconte l’histoire et la tradition celtes. Des migrants partis, parce qu’ils étaient méprisés. La suite, c’est un homme vêtu d’une robe blanche et scintillante qui sonne du cor pour planter le décor. De l’autre côté du podium, une chorale féminine prend le relais. Des voix transpercent les enceintes du stade. Un écran géant (40 m x 12 m) est accroché à la tribune qui fait face au public. Le réalisateur fait apparaitre tantôt des images des régions celtes, tantôt des effets spéciaux. Une cinquantaine de techniciens sont à pied d’oeuvre pour gérer les « big light » (4500 watts le projecteur).

22 heures 41. Les lampes deviennent plus vives. La chorégraphie se met en place au son des cornemuses, des cymbales et des tambours. Un premier groupe vêtu en tenue de marins apparait. Il y a trois podiums et, sur chacun, le ballet est exécuté au millimètre près. Le public se régale. Des acclamations fusent. Cela n’influence pas la troupe, imperturbable. Les musiques sont de plus en plus envolées et mélodieuses.

23 heures 05. Un gigantesque orchestre entre par la porte principale. Il va jouer en choeur avec le groupe déjà sur le stade (chant, guitare, piano, basse). Rencontre entre musique traditionnelle et musique moderne. La foule est captivée. Elle se lève pour applaudir. Les groupes se succèdent encore.

Vers minuit, la pluie tombe

Cela ne décourage pas les troupes qui défilent les unes après les autres sur l’estrade. Dans la foulée, une danseuse glisse et tombe. Mais, comme si de rien n’était, elle s’en remet tout de suite. 00 heures 25. Tous les groupes reviennent sur scène. Les feux d’artifice tonnent et scintillent dans le ciel. Après l’ « Amazing Grace » entonné avec émotion par l’ensemble, le public est transporté. Sons, lumières, chansons, décor, chorégraphie, tout est fait pour rendre cette nuit magique.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, Public, Rythmes/Danses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s