Le conte réveille notre humanité

Jeannine Qannari
Jeannine Qannari

Le fonds culturel breton se transmet aussi par des contes. Au cabinet littéraire, au Quai du Livre, installé sur le port de plaisance de Lorient, une conteuse tient en haleine son public. Jeannine Qannari est conteuse depuis 17 ans. A quoi sert un conte ? Comment se nourrit-il ? Quel rapport cette forme de récit entretient-il avec la science-fiction ? Quel est l’avenir de ce métier ? Les réponses à toutes ces questions dans cette interview accordée à Nazaire Nkoko, RDCongoQ – A quoi sert-il de conter dans une société moderne?

Jeannine Qannari : Il nous sert à grandir, il nous réveille. Quand un récit oral trouve un écho en nous, cela veut dire que l’histoire racontée réveille quelque chose qui était endormi ou caché en nous. Chacun tire son enseignement d’un récit.

Q – D’où vient le conte en Bretagne ?
Jeannine Qannari : Dans toutes les sociétés, le conte vient de la nuit des temps. Des histoires se sont passées depuis des siècles, elles ont été racontées de bouche à oreille bien avant que l’écriture n’existe. Ces récits continuent à fasciner. C’est vraiment le patrimoine de l’humanité. Chez nous aujourd’hui, il y a comme un réveil par rapport à la transmission orale. Comme si les choses importantes pouvaient se dire aussi par la parole. Et comme si les gens avaient soif de paroles justes. Les contes racontent beaucoup des choses. Cependant, les mots utilisés restent moins puissants que le fonds des choses. C’est ainsi que le conte s’est pérennisé à travers des siècles.

Q – Comment est entretenu un conte ? Avez-vous été initiée ?
Jeannine Qannari : D’abord, nous avons un squelette, qui est parfois le même dans beaucoup de cultures, auquel on ajoute un habillage culturel. Et dans un spectacle, il faut savoir trouver des accroches pour son public, ce qui donne parfois lieu à quelques improvisations. Quant à ce qui me concerne, j’ai suivi beaucoup de formations auprès de certains auteurs comme Yannick Jolin, Catherine Zarkat…mais je lis aussi et laisse l’héritage écrit mûrir en moi pour que je lui redonne son oralité. Certaines blagues de la vie quotidienne, qui renferment une sagesse populaire, sont aussi exploitées. Une blague peut avoir un fonds d’humanité. Celle-ci va de la bêtise à la plus grande intelligence. Le conte nous raconte tels que nous sommes.

Q – Il se raconte que les contes bretons ont longtemps inspiré la science-fiction.
Jeannine Qannari : Tout inspire tout, surtout dans le domaine du mystère. La Bretagne est aussi une terre des mystères. Il y a des légendes sur la mort, le surnaturel, des croyances, de superstitions. On n’est pas loin de la science-fiction. Cette dernière s’est inspirée de tous ces au-delà du réel qui nous fascinent et qui n’ont pas de réponses. Harry Potter maintenant, qui a très bien marché au cinéma, a d’abord été une légende, un récit épique qu’on a essayé de retravailler.

Q – Comment voyez-vous l’avenir de votre métier ?
Jeannine Qannari : Financièrement pas. Les artistes sont les premiers à être touchés par la crise. En situation de crise, on devrait remettre de l’art un peu partout, car, sans création, c’est la mort de l’homme. C’est pénible de vivre de ce travail. Le gouvernement fait tout pour qu’il y ait de moins en moins d’artistes, car ils sont dangereux. Mais le conte continuera à traverser les âges bien après nous.

Q – Une légende bretonne que vous aimez le plus racontée ?
Jeannine Qannari :
Tout ce que je raconte n’est pas forcément breton. Les conteurs ont des histoires qui les suivent, leur parlent et qui constituent leur répertoire. J’ai dix histoires. Parmi elles, celle de l’Ankou où le dernier mort de l’année tire la charrette des morts durant l’année suivante.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture Breizh, Littérature, Sur le Fil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s